vendredi 20 mars 2009

La manif

Chronique du Talon de fer parue ce jour dans Liberté Hebdo:

La veille du 19

Demain ce sera le 19 et, quand vous lirez cette chronique, nous serons le 20. Les esprits déductifs comprendront donc qu’elle est écrite le 18, et que c’est un peu comme une veillée d’armes, quand on attend, l’espérance au pied, la minute prescrite pour l’assaut. Nous aurons tous, bien sûr, des mots d’ordre communs comme il convient à une grande démonstration de force populaire. Et puis, dans le secret de nos cœurs, il y aura des raisons plus intimes, mais toutes aussi justifiées. Une lutte sociale, c’est aussi un moyen de se souvenir ou d’espérer, de rêver ou d’exprimer sa colère pour des motifs plus personnels, le temps d’un défilé, entre banderoles, slogans et calicots.
Alors, comme nous sommes le 18, voici 18 raisons secrètes, tragiques ou dérisoires, qui seront peut-être dans les têtes de celles et ceux qui vont arpenter le pavé lillois :
1) Je manifeste parce que j’aimerais bien revoir la grande infirmière blonde avec qui j’avais discuté le 29 janvier.
2) Je manifeste parce qu’il fait beau et qu’il faut que je prépare mon bronzage.
3) Je manifeste parce que je t’aime et que j’aimerais t’aimer dans un monde plus juste.
4) Je manifeste parce que je n’ai pas terminé ma dissertation de philo pour vendredi et que j’aurai une excuse. Sujet : « Toute prise de conscience est-elle libératrice ? » Si ça se trouve, en plus, la manif me donnera des idées.
5) Je manifeste parce que le 19 mars 1962, c’était la fin de la Guerre d’Algérie mais que je fais toujours des cauchemars cinquante après avoir été soldat là-bas.
6) Je manifeste parce que je n’ai pas dormi de la nuit. Ma fille de huit ans a toussé sans arrêt mais c’est bien connu que les sirops sont des médicaments de confort et ne sont plus remboursés.
7) Je manifeste parce que j’aime bien le soleil sur la façade de la gare et les fontaines quand le cortège arrive rue Faidherbe.
8) Je manifeste parce que j’ai entendu dire qu’ils ne voulaient pas toucher au « bouclier » fiscal des riches mis en place par Sarkozy. Et que je voudrais avoir une épée, moi, fiscale ou pas. Juste une fois. Pour rétablir l’équilibre.
9) Je manifeste parce que le 19 mars, c’est la Saint Joseph. Et que moi aussi je suis couvreur, cocu et pas content. Je suis chômeur en plus.
10) Je manifeste parce que j’ai encore une fois entendu ce matin à la radio un éditorialiste collabo se demander pourquoi la France est si difficile à réformer. Un éditorialiste qui va claquer le midi dans un repas avec ses potes ma paie mensuelle de caissière à temps partiel.
11) Je manifeste parce qu’on ne sait jamais, ce sera peut-être le début de la révolution et que ce sera bien de raconter à mes enfants comment tout a commencé.
12) Je manifeste parce que j’ai voté Sarkozy en 2007 et qu’il n’est jamais trop tard pour rattraper une erreur. Et tant mieux si mes chaussures me font mal. Je l’ai bien mérité.
13) Je manifeste parce que j’ai été contrôlé par la police quatre fois cette semaine. Que je sois Noir, que je m’appelle Abdoulaye n’a évidemment aucun rapport, n’est-ce pas, monsieur Besson ?
14) Je manifeste parce que pour la troisième fois on a refusé de remettre en liberté Julien Coupat, en prison depuis le mois de Novembre, accusé sans preuve d’avoir saboté des TGV mais surtout de vouloir penser un monde différent (1), où l’homme compterait plus que la technique et l’économie.
15) Je manifeste parce que je vais rencontrer des gens en vrai, pas comme sur Facebook. C’était bien la peine d’avoir lutté contre le fichier Edwige pour donner de soi-même des informations sur soi que tout le monde pourra lire, tout ça pour trouver des « amis » qu’on ne verra jamais…
16) Je manifeste parce que je suis fatiguée et que si je ne manifeste pas, ce soir, je serais encore plus fatiguée
17) Je manifeste parce que j’ai peur et que si je ne manifeste pas, ce soir, j’aurais encore plus peur.
18) Je manifeste parce que je veux réussir ma vie, c’est à dire surtout ne pas avoir de Rolex à cinquante ans.


Jérôme Leroy

Dernier livre publié : La minute prescrite pour l’assaut (Fayard / Mille et une Nuits)

(1) L’insurrection qui vient et Théorie du Bloom (La Fabrique)