mercredi 4 mars 2009

Beau comme un anar de droite en Gran Torino sur une route d'Alaska




Le malentendu idéologique sur Clint Eastwood nous a toujours fait beaucoup rire.
Voir la presse postchoc s'extasier au moindre de ses films prouve qu'il vaut mieux être d'une certaine droite américaine pour plaire en France (libertarien comme Clint ou crypto facho comme Ellroy) que d'appartenir à une certaine gauche française( disons communiste-maintenue pour faire vite).
J'imagine un metteur en scène français se permettant un film comme Gran Torino. Je vous fiche mon billet qu'on ne verrait pas dans ce film ce qu'il est, un chef d'oeuvre, un admirable testament christique et une apologie réac de la différence mais le portrait d'un militariste, d'un raciste, d'un vieux con et on dauberait sur le nombre incalculable d'insultes homophobes et ethniques qui ponctuent les dialogues.
Un peu comme pour les romans d'ADG, les films de Giovanni, d'Autant-Lara et les plats en sauce dont la seule évocation dans le contexte sociétalo-diétético-correct du moment conduit au bûcher.
Tiens, je suis sûr que Sarah Palin a beaucoup aimé Gran Torino. Comme moi.
Je vais le revoir avec toi quand tu veux, honey... Ca doit bien encore passer dans une salle de Wassila, non?