jeudi 31 décembre 2009

LE CAMARADE LENINE VOUS PARLE!


MEILLEURS VOEUX 2010 POUR TOUS LES CAMARADES. QUE NOS LUTTES SOIENT GLORIEUSES ET VICTORIEUSES!
LONGUE VIE A FEU SUR LE QUARTIER GENERAL!
METTEZ COMME MOI MA CONFIANCE DANS LE NARKOM JEROME LEROY QUI VOUS AIME COMME JE VOUS AIME!
LE COMMUNISME EST LA JEUNESSE DU MONDE!




mercredi 30 décembre 2009

Un beau cadeau de fin d'année


La tartufferie écologique de Sarkozy ridiculisée par les tontons flingueurs du Conseil Constitutionnel. Un bonheur dont on vous parle sur Causeur, évidemment.
L'illustration proposée, contrairement aux apparences,  a un rapport (sexuel) avec le sujet: cette jeune femme qui travaille chez les Sages du Palais Royal a une alimentation saine et porte des sous-vêtements en soie naturelle. Elle a donc une empreinte carbone faible, ce qui la rend si sympathique.

Des plaisirs, 4


On avait presque oublié à quel point on avait aimé Pierre Bettencourt, ce surréaliste méconnu, qui vaut bien Michaux, et qui nous enchanta aux alentours de nos vingt ans. On l'a retrouvé en errant un peu au hasard de notre bibliothèque comme on le fait d'habitude au retour de nos ouiquèndes en Normandie. On vous recommande Fables fraîches pour lire à jeun (Lettres Vives) mais l'extrait proposé vient des Plaisirs du Roi (à tout seigneur, tout honneur), texte à l'humour sadien  sur  la folie du pouvoir absolu. Cela renvoie bien loin à leur misère libidinale les fafounets rurbains, ces idiots à peine utiles du puritanisme pornographique des néo-libéraux. Lisez et jouissez. Amen.

"Le roi ne dédaigne pas d'enfoncer des oeufs durs dans le cul de jeunes vierges, préalablement lavé au lait d'ânesse. Il fait alors s'accroupir la fille sur sa bouche et mord l'oeuf à mesure qu'il sort, tandis qu'en poussant l'enfant souffle."

"Pendant le Carême, le roi couche avec de jeunes lépreuses, au grand dam de la reine qui a peur d'attraper la lèpre. Et il se fait un malin plaisir, au sortir de là, d'aller la retrouver dans son lit où elle se rétracte frileusement à l'idéé de supporter ses caresses. Il la pénètre alors par effraction. 
Le vendredi saint, le roi mange du poumon de tuberculeux cuit à la béarnaise et il force l'aumônier du consulat de France à venir partager son repas, disant que le Christ en Croix en a vu d'autres."

"Il arrive qu'ainsi remonté, il prenne un bain de femmes nues. C'est une grande pièce où elles sont tassées si serrées qu'on s'en trouve frotté de tous les côtés. Il y évolue longuement avec son membre douloureux et se soulage enfin dans des flancs reconnaissants qui inventent pour le libérer les plus suaves secousses du monde."


Pierre Bettencourt, Les plaisirs du roi (Lettres vives)

lundi 28 décembre 2009

2010: que crève la charogne néolibérale et identitaire!


"Tout de même, que la vérole vous emporte, faut dire que vous êtes un sournois de petit morveux du même acabit que tous ceux qui se laissent mener au bout du nez par les lois qu'ont faites les riches pour leur propre sécurité, vu que c'est le seul moyen que ces poltrons ont trouvé pour défendre ce qu'ils ont accaparé en le volant. Et ils osent nous traiter de haut, ces forbans, quand la seule différence entre eux et nous, c'est qu'ils volent le pauvre sous le couvert de la loi et que nous pillons le riche sous la protection de notre seul courage!"


Samuel Bellamy, dit Black Sam, pirate, lors de son procès en 1720.

Babouse Hebdo, 6


Avec les fêtes et les dérives subséquentes, on en oublierait presque de mettre en ligne notre Babouse Hebdo inédit. Il sera aussi l'occasion une fois pour toutes de souhaiter une excellente année à tous les lecteurs de Feu sur le Quartier Général. 
Que l'année à venir voie le déferlement de la furie prolétarienne afin que nous vivions enfin dans un monde où le libre développement de chacun sera la condition du libre développement de tous. Qu'il y ait des amours, des voyages, des livres, du vin, des attaques violentes et victorieuses contre l'ordre établi. 
Le communisme est la jeunesse du monde. 
Nous vous aimons.

jeudi 24 décembre 2009

Un conte de Noël (rouge).

Cette semaine, Le Talon de fer, ma chronique dans Liberté Hebdo a évidemment pris la forme d'un conte de Noël. Le voici, en exclu, pour mes chers lecteurs de FQG qui n'ont pas la chance d'être nordistes.


 -Tu es au courant, c’est formidable…
-Quoi donc ?
-Tu connais Bethle-Hem ?
-Non, c’est où ?
-Entre Douchy les Mines et Denain…
-C’est une mairie  communiste ?
-C’est drôle que tu demandes ça, justement….Oui, au moins depuis le Front Populaire.
-D’accord, d’accord… Calme-toi et dis-moi ce qui se passe à Bethle-Hem ?
-Eh bien voilà, un couple de Maliens, des sans-papiers, sont partis à pied depuis Lille. La femme est enceinte. 
-Mais pourquoi ils ont fait ça ? Les pauvres, avec ce temps, cette neige… Ils n’avaient plus un rond ?
-C’est ça, mais pas seulement. Elle, elle s’appelle Mariam et elle est sur le point d’accoucher. Lui, son nom, c’est Youssouf. Il travaillait dans les cuisines d’une grande brasserie, du côté de Lomme, près du Kinépolis. Ils se sont mis en grève parce qu’ils devaient travailler pendant les Fêtes, sans la moindre heure sup, évidemment. Ca a attiré l’attention de l’inspection du travail mais aussi de la police.
-Et alors ?
-Alors, tu connais le préfet…
-Héraude ? Celui qui expulse à tour de bras les clandestins au tribunal administratif, même les enfants ?
-Oui, c’est ça, le préfet Héraude. Eh bien, il a ordonné une rafle à toutes les adresses où vivaient les grévistes de la brasserie. Histoire de faire du chiffre pour plaire à Besson en fin d’année. Youssef et Mariam habitaient dans un squatt du côté de Wazemmes. Ils ont échappé de justesse aux flics qui montaient les escaliers et défonçaient toutes les portes. Et ils ont réussi à s’enfuir par une autre entrée. Mais ils n’ont rien eu le temps de prendre et sont partis droit devant eux. Tu imagines : au petit matin, avec la neige, le froid, la peur. Et la police d’Héraude à leurs trousses. Ils n’ont même pas osé prendre de transports en commun, ils ont marché, marché et finalement se sont arrêtés dans un garage désaffecté, juste à la sortie de Bethle-Hem.
-Personne n’est venu les aider?

-Mais si, mais avec la neige, tous les services étaient débordés. Et puis la maternité de Bethle-Hem a fermé. Tu connais la politique de santé de Bachelot, pas besoin de te faire un dessin. Alors les habitants ont fait de leur mieux. Ils ont apporté des couvertures, de quoi manger. Il faut voir comment ils grelottaient, Youssef et Mariam.  Du coup, ils ont réparé un vieux tracteur dont ils font tourner le moteur pour réchauffer la future maman qui va sûrement accoucher dans la nuit du 24 au 25.
-Eh bien, dis donc…

-Mais attends, ce n’est pas tout. Il y a un truc vraiment bizarre. Le maire de Bethle-Hem(1) a reçu de drôles de coups de téléphone. De l’étranger. Trois. De Hugo Chavez au Venezuela, de Evo Morales en Bolivie et de Raul Castro à Cuba. Figure toi que ces trois-là, va savoir pourquoi, ont vu une grande étoile rouge dans le ciel de leur pays qui leur indiquait la direction de Bethle-Hem et leur annonçait qu’un grand libérateur allait naître, un émancipateur qui allait enfin installer le socialisme réel sur la planète.
-Tu y crois, toi ?
-Je n’en sais rien mais il paraît que Hugo Chavez est déjà arrivé avec plein de cadeaux pour Youssouf, Mariam et le futur bébé. Et qu’il a fait livrer du fuel gratuitement à tous les habitants  de Bethle-Hem qui en avaient besoin.
-Eh bien dis donc… Et ils ont prévu un prénom pour l’enfant, Youssouf et Mariam ?
-Alors ça, c’est le plus drôle, figure toi…Ce n’est pas du tout malien, les prénoms envisagés : Rosa ou Louise, si c’est une fille et Karl ou Ernesto, si c’est un garçon.

JL 12/09


(1) Pour ceux qui ne croiraient pas cette histoire, ils pourront toujours vérifier que François Markowiak, maire de Bethle-Hem, est en position éligible sur la liste Front de gauche pour les élections régionales dans le département du Nord.

Faire l'amour sur L'Internationale

Non, sérieusement, à l'époque, même si on avait voulu arrêter d'être communiste, comment on aurait fait après avoir vu Reds  avec Warren Beatty et Diane Keaton, biopic de 1981 sur  John Reed, le journaliste marxiste américain, auteur de l'indépassable Ten Days that Shook the World. On n'est pas sérieux quand on a 17 ans. Et ça n'a pas changé vingt huit ans plus tard. Et c'est très bien comme ça.
Pour tous les camarades de par le monde, un joyeux Noël rouge!

mercredi 23 décembre 2009

Un jour, j'irai à Boulder.


Le blog de Wicked Lemons , tenu par Tim, "filmmaker, director and writer living in the Rocky Mountains", nous fait l'honneur de traduire en américain le dernier fragment en date de Sauter les descriptions. C'est vraiment un très très joli cadeau.

lundi 21 décembre 2009

Pour Natalia Medvedeva


-->   -->


JL 21 décembre 2009


A lire d’urgence sur le blog de Chroniques Marignac les traductions des poèmes de Natalia Medvedeva, météore punk perdue dans le triangle Moscou Paris NY.

dimanche 20 décembre 2009

Le beau travail du négatif...

Un  "beau livre" consacré aux va-nu-pieds, aux insoumis, aux insolents, aux bandits, aux irréguliers, aux affreux, aux braqueurs, aux poètes, aux pirates, aux flibustiers, aux anarchistes, aux révolutionnaires professionnels, aux futurs guillotinés, aux anciens bagnards, aux filles de feu, aux révoltés, bref à nos frères et soeurs.
C'est signé par Laurent Maréchaux.
Et c'et l'indispensable Christian Authier qui a attiré notre attention sur cette jolie chose.

Du coup, on en parle sur CAUSEUR.

Les guerrières

L'équipe de France de hand féminin va affronter, à Nankin, la Russie en finale de coupe du monde. Au début, c'était pas gagné. Mais les guerrières ont vaincu l'Espagne.


Claudine Mendy, je t'aime....

samedi 19 décembre 2009

Toi, décidément, je t'aime!


"Un spectre hante les rues de Copenhague, c'est le capitalisme!"
Hugo Chavez, 18 décembre 2009

Contre tous les communautarismes


Contre le sarko-bessonnisme, l'islamo-gauchisme, le troskautisme, le néo-libéralisme, une seule solution: des Brigades Internationales, partout, tout le temps.

vendredi 18 décembre 2009

BABOUSE HEBDO, 5



V'là  le ch'joli crobard eunédit d'eule s'maine d' min biau camarade Babouse. J'y fais eune bonne bèse sur eus bouque.

NPA? Juste un doigt.


Une brève sur Causeur à propos de la direction besanceniste du parti dont les militants s'en vont tous au FDG.

mardi 15 décembre 2009

Des plaisirs, 3



Dans le lit vaste et dévasté
J'ouvre les yeux près d'elle ;
Je l'effleure : un songe infidèle
L'embrasse à mon côté.

Une lueur tranchante et mince
Echancre mon plafond.
Très loin, sur le pavé profond,
J'entends un seau qui grince...

                       Paul-Jean Toulet, Les Contrerimes


lundi 14 décembre 2009

Durruti, reviens, ils sont devenus fous!


A propos de la votation ethniciste organisée par les nationalistes catalans ce dimanche, on rappelle tout l'intérêt que le néo-libéralisme et Bruxelles trouvent à la création de micro-états sur des bases ethniques, plus aisément maniables par les lois du marché. C'est sur Causeur.

dimanche 13 décembre 2009

Des plaisirs, 2




"Marie m'a appris un jeu. Il fallait, en nageant, boire à la crête des vagues, accumuler dans sa bouche toute l'écume et se mettre ensuite sur le dos pour la projeter contre le ciel. Cela faisait alors une dentelle mousseuse qui disparaissait dans l'air et me retombait en pluie tiède sur le visage. Mais au bout de quelques temps, j'avais la bouche brûlée par l'amertume du sel. Marie m'a rejoint alors et s'est collée à moi dans l'eau. Elle a mis sa bouche contre la mienne. Sa langue rafraîchissait mes lèvres et nous nous sommes roulés dans les vagues pendant un moment."

Albert Camus, L'étranger, (Gallimard, 1942).

samedi 12 décembre 2009

Le temps, la révolution et la côte amalfitaine




Parle-t-elle de l'homme de sa vie ou du communisme? 
Peu importe, c'est la même chose, au bout du compte. Nous, nous sommes sur le point de terminer notre machine à remonter le Temps. Elle fonctionne à la nostalgie, au vin naturel et aux soupirs d'amoureuse. On n'a pas fait mieux comme carburant, d'après Hardellet et Sternberg. La machine est à la cave, entre les les Bourgeuil de Jacky Blot, les collections de vieux Fleuve noir spécial police illustrés par Gourdon et les VHS des films de Risi. 
Si on ne s'est pas trompé dans nos calculs, on devrait arriver du côté de Positano ou Amalfi, aux alentours de l'été 1964. On va vous laisser avec les clips de l'UMP(1), Besson, les licenciements massifs, les néo-ss rurbains, les névrosés, les postchocs, facebook, le réchauffement climatique. 
On ne déserte pas. On va juste essayer de changer le cours de l'histoire. Enfin, avant, on prendra quant même quelques jours sur la plage et puis on dînera un de ces soirs avec Catherine Spaak, Monica Vitti et Françoise Hardy, bien sûr. Quelque part du côté de Sorrente. Parce qu'on est snob et sensuel. Et que l'on veut entendre leurs rires se faire un peu rauques dans la nuit et voir leurs pommettes rougir sous l'effet du limoncello.
Après, promis, on fait la révolution. Quant on reviendra, ça fera au moins trente ans que vous vivrez dans une société réellement communiste, sexy, poétique et balnéaire. Pas la peine de nous remercier. On a toujours eu un bon fond.
En attendant, écoutez.

(1)On vient de consacrer à cette risible et symptomatique  affaire un article sur Causeur.


vendredi 11 décembre 2009

Des plaisirs




« Les heures où l’on va se coucher traduisent l’agrément des conversations » (15 octobre 1989)

Guy Debord, Correspondance, volume 7 (Fayard)

BABOUSE HEBDO, 4


L'inédit du camarade dessinateur Babouse qui travail pour de nombreux journaux émancipateurs (Huma, VO, Stal et Cuir 62, etc...) .

jeudi 10 décembre 2009

Sauter les descriptions, 27


Il se rendit chez le médecin qui l'examina brièvement puis lui demanda:
-La couleur du ciel ?
-Blanc, docteur.
-Depuis longtemps ?
-Depuis toujours.
-Mais non…
-Mais si…
-Hypothèse ?
-Absence de couleur, reflet de l’âme.
-Vous êtes blanc, donc ?
-Oui.
-Comme neige ? Comme l’agneau qui vient de naître ?
-Non, blanc comme l’angoisse. Blanc comme la peur, le péché, le néant. Blanc comme la mort.
 Il eut le droit à un peu de chimie mais revint quelques jours plus tard.   
 -Alors, le ciel, toujours blanc ?
-Toujours…
-Vous êtes atteint, mon vieux…
-Ah bon…
-Oui, classique. Vous êtes resté trop longtemps sur le front du Spectacle. SRDA…
-Quoi ?
-Syndrome Rigaut-Drieu Acquis. Une maladie de la fin du monde. Mon confrère Michel Bounan l’appelle aussi alexithymie. Il l’a diagnostiqué dans la Vie Innommable.
-Symptômes ?
-Ne plus « avoir les mots pour le dire », se retrouver dans une situation monstrueuse où il apparaît vital de participer à un système qui vous tue. Paradoxe intenable. Enfin, il faut dire que vous faisiez partie des groupes à risques…
-Un espoir ? Un traitement ?
-Ecrire. Ecrire encore. Ecrire toujours. Je ne vous garantis rien, cependant.





mercredi 9 décembre 2009

QUE VIVA EVO MORALES!

On célèbre la magnifique victoire électorale du président de la Bolivie et de son parti, le MAS (Mouvement pour le socialisme)
On le fait sur CAUSEUR(1)












(1)qui n'est pas le site monocolore que se plaît à moquer l'obsessionnel CSP qui ferait mieux de s'occuper de l'unitééééé du NPA. Mais on en reparle bientôt.

mardi 8 décembre 2009

JE VOUS SALUE, SUBLIMES ORCHIDOCLASTES!


Les coeurs purs d'Athènes remettent le couvert un an après, jour pour jour, que leurs glorieuses émeutes, consécutives à l'assassinat par la police de l'un des leurs, eurent fait vaciller l'Etat Grec. Puissent-ils cette fois-ci achever la charogne et mettre le feu prolétarien à toute l'Europe!

"Il est dur de lutter contre son désir car ce qu'il veut s'achète à prix d'âme." Héraclite, Fragments (trad Roger Munier, Fata Morgana)

lundi 7 décembre 2009

Identité Internationale


Dès 1936, des milliers de volontaires anti-fascistes du monde entier (70 nationalités) rejoignent les rangs républicains, pour la plupart dans les Brigades Internationales. Parmi les 35 000 Internationaux, on comptait 10 000 Français, 5 000 Allemands et Autrichiens, 5 000 Polonais, 3 500 Italiens, 2 800 Américains, etc.. L’Espagnol Gonzalez, dit « El Campesino », les Français André Marty, Charles Tillon, Rol-Tanguy, le futur Colonel Fabien et, hors des Brigades, André Malraux, l’Allemand Walter Ulbricht, le Bulgare Georges Dimitrov, le Yougoslave Josip Broz, dit Tito, les Italiens Nenni et Togliatti furent responsables ou simples combattants internationaux. 10 000 hommes des Brigades furent tués au combat.
On n'oublie pas, certainement, un bon nombre de "truies" juives qui ont explosé du phalangiste  et du franquiste à la dynamite pendant la bataille de la Cité Universitaire ou celle du Paso del Ebro. Le pont des Français tiendra. Rien ne passera.

vendredi 4 décembre 2009

BABOUSE HEBDO, 3


Notre inédit hebdomadaire du camarade Babouse, bien aimé quoique Boulonnais. Avec Babouse, l'actualité aussi est un plaisir.

Le corps de mon ennemi


"Au matin, je vis avec joie sous l'arbre le corps de mon ennemi"
William Blake

pour le shetl de NM qui n'oublie rien

jeudi 3 décembre 2009

Fragnolades et clouneries.


Mon camarade de combat Bruno Maillé et moi-même avons ferraillé (!) dès novembre 2008 sur Causeur à propos de la sinistre et risible affaire dite "de Tarnac". Elle a illustré la montée en puissance de l'idéologie antiterroriste comme ultime tentative de sauver un système qui s'effondre sous le poids de ses contradictions. Aujourd'hui, alors que Julien Coupat et Yldune Levy sont toujours sous contrôle judiciaire, le dossier du juge Fragnoli se révèle aussi vide et trafiqué qu'un éditorial d'économiste médiatique ou un blogue de fafounets rurbains.
Bruno fait un point brillant et documenté sur la situation. Sur Causeur, évidemment.

La Route


Adapter  au cinéma La Route, le roman le plus antiromanesque de Cormac Mc Carthy, long poème biblique,  comme une Genèse inversée, n'était pas évident. Et pourtant, c'est une réussite. On vous en parle sur Causeur.

mercredi 2 décembre 2009

En 1966, le cauchemar avait déjà commencé....


Il semblerait donc, d'après ce document, que la politique de "puçage" des êtres humains ait été expérimentée dès les années 60. Nous vous rappelons qu'elle a été massivement appliquée chez les nourrissons des deux sexes à partir du premier choc pétrolier, circa 1973 et est allée en s'intensifiant et en se systématisant dans les années 70 et 80, avant de connaître son apothéose ces temps-ci grâce au néofascisme nanotechnologique.
Cette puce permet aux maitres du Spectaculaire intégré de faire accepter sans trop de résistances les conditions de vie aberrantes de l'enfer techno-marchand planétaire.
Hypernarcissisme, consumérisme, néophilie, difficulté à la symbolisation, bougisme, sociétalisme en sont les symptômes les plus fréquents. 
Chez les vingtenaires et les trentenaires, on pourra néanmoins  encore trouver ceux chez qui la puce n'a pas pris dans les groupes suivants: communistes,  autonomes,  gauchistes, lecteurs, émeutiers, brûleurs de voiture, ivrognes, mystiques, monarchistes, fous, tiqquniens, filles au pubis non épilé, chômeurs volontaires, gaullistes auldescoules, braqueurs de banque, paresseux, manouches, rimbaldiens, chavistes, voyous, etc...
Certains pouvant, bien évidemment, s'inscrire dans plusieurs des admirables catégories sus-nommées. Par exemple, il est probable que la fille (voir ci dessus) de 22 ans au pubis non épilé disposant d'une carte du PCF et passant sa journée à lire Marx ou de la poésie tout en vivant d'expédients et d'allocations diverses en attendant que son amant manouche rentre le soir et en elle avant de lui jouer l'Internationale à la guitare, il est probable, donc, que la puce qu'on lui a implantée ne fonctionne pas, ou très mal.

mardi 1 décembre 2009

POSTCHOC


..entre Facebook et le précariat, je n'ai pas vu le temps passer.

Ce délicieux détournement est emprunté à l'excellent blogue néo-cabetiste et tiqqunophile ICARIE.



NB:La théorie des filles préchoc/postchoc est exposée, notamment, dans notre roman La minute prescrite pour l'assaut (Fayard/1001 nuits)

Oublier la Suisse


"Il attend que le crépuscule du matin vienne apporter, par le changement de décors, un dérisoire soulagement à son coeur bouleversé."
 
Lautréamont, Chants de Maldoror, V
                                                                                             



lundi 30 novembre 2009

C'est décidé, je boycotte Patek Phillipe (mais pas Plonk et Replonk)



Après avoir blanchi l'argent des nazis, de la mafia, des émirs du pétrole, après avoir accordé le vote aux femmes dans certains cantons il y a moins de dix ans, après avoir servi de refuge fiscal à tous ceux qui ont fait leur fortune ailleurs, après s'être allongée comme une crêpe devant la justice américaine en arrêtant Polanski histoire de faire oublier ses petits arrangements avec le trafic de drogue international, la Suisse vient d'apporter un point décisif aux partisans d'une guerre des civilisations et provoqué un orgasme généralisé chez tous les grands malades de l'identitarisme raciste. Elle a en effet mis ce dimanche tous les Amine aux arrêts. Et merci pour le chocolat, comme dirait Chabrol. Du Toblerone. Blanc, le Toblerone, évidemment.

dimanche 29 novembre 2009

Ils étaient là, les drapeaux français...


Le soir du 18 novembre, où se jouèrent rappelons-le les matchs Egypte-Algérie et France-Irlande, mon ami Ubifaciunt, contributeur à Article XI, auteur d'un blogue rouge et noir en lien sur le côté, latiniste et anarchiste, était dans la rue, sur les Champs. Comme il ne sort jamais sans son appareil photo, il  en a pris quelques unes intéressantes, dont celle-ci. Pendant que les nasylissiens acronymiques, les souchistes et autres bivouaquistes racistes foiraient dans leur benne en s'autointoxiquant  comme à leur habitude sur des rumeurs d'émeutes, Ubi nous rappelle que les fidélités se conjuguent au pluriel et que la seule guerre civile qui existe est celle que fantasment ces petits ratonneurs en graine qui sont déjà, enflures en putréfaction accélérée, raclures des bidets pourris de l'extrême droite racialiste, dans les poubelles de l'Histoire, cette jolie fille qui n'aime pas ceux qui confondent appartenance et formule sanguine.

samedi 28 novembre 2009

JG Ballard: un art poétique.



"Mais je m'intéressais au vrai futur que je voyais approcher, et moins au futur inventé que préférait la science-fiction. Le futur, faut-il le répéter, est une zone dangereuse lourdement minée, et qui a tendance à se retourner pour vous mordre les chevilles quand vous faites un pas en avant. Un correspondant me faisait récemment remarquer que les verséthiseurs de Vermillon Sands fonctionnent avec du ruban perforé. Et pourquoi tous ces gens branchés vivant dans le futur n'ont-ils pas de micro-ordinateur ou de téléphone portable?
Je pourrais seulement répondre que Vermillon Sands ne se trouve pas du tout dans le futur, mais dans une sorte de présent visionnaire-qualification qui sied à mes nouvelles et à presque tout ce que j'ai écrit par ailleurs."
JGB, 2001


JG Ballard, Nouvelles Complètes 1963-1970, 2 (Tristram, 29 euros)


Il paraît que James Graham Ballard est mort le 19 avril 2009.

jeudi 26 novembre 2009

Se souvenir des belles choses

Spéciale kasdi à toutes les enflures cryptonazies identitaires derrière leurs anonymats foireux, cet amical salut de la grande Armée Rouge qui a libéré Auschwitz et fait courir la race supérieure de l'Oural à la Baltique . On remet ça quand vous voulez.
Как будто в бурях есть покой...

BABOUSE HEBDO, 2


Un des seins ynaidy de Babouse, daissynateure comunisse, kom chak seumayne dé zaurmé (y fô kliquét  sur li maje si cé pat açé grant)

mercredi 25 novembre 2009

Badiou et l'amour, 3


Sur une phrase célèbre de Lacan:

 "Jacques Lacan nous rappelle que dans la sexualité, en réalité, chacun est dans sa propre affaire, si je puis dire. Il y a la médiation du corps de l'autre, bien entendu, mais en fin de compte, la jouissance sera toujours votre jouissance. Le sexuel ne conjoint pas, il sépare. Que vous soyez nu, collé à l'autre, est une image, une représentation imaginaire. Le réel, c'est que la jouissance vous emporte loin, très loin de l'autre. Le réel est narcissique, le lien est imaginaire. Donc, "il n'y a pas de rapport sexuel" conclut Lacan.

(....) Dans le sexe, vous êtes au bout du compte en rapport avec vous même dans la médiation de l'autre. L'autre vous sert pour découvrir le réel de la jouissance. Dans l'amour, en revanche, la médiation vaut pour elle-même. C'est cela la rencontre amoureuse: vous partez à l'assaut de l'autre, afin de le faire exister en vous, tel qu'il est. Il s'agit d'une conception beaucoup plus profonde que la conception tout à fait banale selon laquel l'amour ne serait qu'une peinture imaginaire sur le réel du sexe."

Alain Badiou, Eloge de l'Amour (Flammarion, 12 euros)

La dernière dérive




Quinze ans déjà. Leaving Las Vegas. La seule vraie réussite de Mike Figgis au cinéma. Ce fut notre film culte durant les années 90. Nicolas Cage en scénariste alcoolique au dernier degré, Elisabeth Shue, la trop discrète Elisabeth Shue, en prostituée amoureuse.
Ca parle de suicide choisi et de rédemption impossible. Ca parle de l'amour fou comme d'un rendez-vous manqué dans une ville qui incarne le Spectacle à son degré le plus accompli: Las Vegas.
En plus, il y a Lonely teardrops de Jackie Wilson, en fond musical, c'est-à-dire la meilleure chanson d'un des maîtres du doo wop. Le dandysme de la déglingue, de la fêlure et le corps d'une fille qui veut vous sauver malgré vous, au bord de la piscine miteuse d'un motel en plein désert. D'une fille au beau regard triste, d'une fille  qui n'y parviendra pas mais qui restera là, jusqu'au bout.
Leaving Las Vegas: une illustration parfaite de la phrase de Fitzgerald: "Toute vie est, bien entendu, un processus de démolition."
Honneur aux vaincus.

mardi 24 novembre 2009

Je ne veux pas aller au Village!


Et surtout pas avec les Néo-Verts d'Europe Ecologie. On vous dit pourquoi sur Causeur.

lundi 23 novembre 2009

Poetry in motion



Retrouver ce poème dans Sauf dans les chansons (Table Ronde, février 2015)
jl.nov 09



dimanche 22 novembre 2009

La meilleure chanson française de tous les temps

Vous aurez beau faire: la ville, le temps, l'été, l'amour perdu. Balayés par septembre.
Chaque rue, chaque pierre. L'aveuglante lumière de Paris au mois d'août. Essayez pour voir. Essayez. Pour voir. Que je rigole. Que je pleure.

Badiou et l'amour, 2

"Ce que Platon dit sur l'amour est assez précis: il y a dans l'élan amoureux un germe d'universel. L'expérience amoureuse est un élan vers quelque chose qu'il va appeler l'Idée. Ainsi, même quand je suis en train d'admirer un beau corps, que je le veuille ou non, je suis en route vers l'idée du Beau. Je pense, dans des termes tout à faits différents, naturellement, quelque chose du même ordre, c'est-à-dire que dans l'amour, il y a l'expérience du passage possible(1) de la pure singularité du hasard à un élément qui a une valeur universelle. (...)Or, dans le monde d'aujourd'hui, la conviction est largement répandue que chacun ne suit que son intérêt. Alors l'amour est une contre-épreuve. S'il n'est pas cou comme le seul échange d' avantages réciproques, ou s'il n'est pas calculé longtemps à l'avance comme investissement rentable, l'amour est vraiment cette confiance faite au hasard."

Alain Badiou, Eloge de l'Amour (Flammarion, 12 euros)
(1)C'est nous qui soulignons

vendredi 20 novembre 2009

ENFIN!

Lautréamont, dans une nouvelle édition de la Pléïade. Et qu'on ne vienne pas chouiner sur le prix des livres. 39 euros pour une arme de destruction massive qui vous servira toute une vie, c'est donné.

....les filières sanglantes par lesquelles on fait passer la logique aux abois, les exagérations, l'absence de sincérité, les scies, les platitudes, le sombre, le lugubre, les enfantements pires que les meurtres, les passions, le clan des romanciers de cours d'assises , les tragédies, les odes, les mélodrames, les extrêmes présentés à perpétuité, la raison impunément sifflée, les odeurs de poule mouillée, les affadissements....

Lautréamont, Poésies I